Promenade Matin

promenade matin 2

A- La Rue Saint-Jean

Hôtel Saint-Aignan
Hôtel Saint-Aignan

Monument historiqueConstruit vers 1472, l’hôtel Saint-Aignan, hôtel particulier fait de pierres de tuffeaux, est une demeure de nobles typique du Moyen-Âge : de style gothique.Nous commençons notre promenade thématique dans le centre-ville de Nantes au cœur de la rue Saint-Jean, face à ce très bel édifice classé aux monuments historiques depuis 87 ans (15 mai 1926).

Hôtel de Saint-Aignan XVs
Hôtel de Saint-Aignan XVs

Sa construction est un petit sujet de controverse. En effet certains disent que l’hôtel avait été commandé par les seigneurs de la Guerche, d’autres parlent de François Goheau sieur de Saint-Aignan et capitaine des Franc-archers de Nantes. Les interrogations persistent, cependant il trône aujourd’hui fièrement sur la liste des bâtiments historiques de la ville. Cet hôtel a notamment été construit pendant la période où le Duc François II faisait de Nantes son lieu de résidence.

Il demeure donc comme un lieu essentiel de la réussite économique, sociale et politique du Nantes de l’époque (aussi marquant que la cathédrale).

La bâtiments repris dès le début du XVII par les Sœurs de Saint Vincent de Paul, connaîtra des modifications conséquentes. Il sera agrandi, on y ajoutera quelques statues et représentations religieuses.

Statue de Saint-Paul, statuettes d'ornement de la porte de l'hôtel Saint-Aignan
Statue de Saint-Paul, statuettes d’ornement de la porte de l’hôtel Saint-Aignan

B- Rue Bossuet

Pour poursuivre notre promenade, rendons-nous dans l’une des rues les plus moyenâgeuses de Nantes. L’histoire médiévale de Nantes est encore accessible visuellement aux touristes. Pour le plaisir des yeux allons voir deux maisons typiques du Moyen-Âge entre debout rue Bossuet.

Maisons médiévales --Rue Bossuet
Maisons médiévales –Rue Bossuet

Le XVème siècle est la période du développement architectural à Nantes. En effet, la ville pendant toute cette période se reconstruit (suite aux inondations et incendie nombreux) et en profite pour être un haut lieu de création architecturale.

Les maisons en bois sont abandonnées au profit des maisons en durs. En 1720, le maire Gérard Mellier de l’époque se serait insurgé : “Je ne veux pas de façade en bois, gardez le pour les navires”.

Nous sommes face à deux maisons à Colombages très connues ici à Nantes. En effet, de nos jours il ne reste plus qu’une dizaine de maisons de ce type à Nantes (rue de la Juiverie n°7 – rue des Carmes n°19/21 et n°2 (place du Change) – rue de la Bâclerie n°8 et n°10 – rue de Verdun n°15 – rue de la Bléterie n°1 – rue de la Fosse n°2).

Au XVII et XVIII, les bourgeois et riches marchands de Nantes ont laissé tomber ces maisons à Colombages au profit de maisons  plus robustes en pierres (notamment pierres de tuffeaux).

Les numéros 3 et 5 de la rue Bossuet sont classés monuments historiques depuis le 15 juin 1954.

maisons médiévales bossuet
maisons médiévales bossuet

C- Place du change

Place du Change Nantes
Place du Change Nantes

Nous sommes à présent dans le quartier du Bouffay, sur la Place du Change. Le quartier du Bouffay est connu pour être le quartier médiéval de Nantes, ancienne place forte de la ville, mais nous nous rendrons tout à  l’heure sur la Place du Bouffay pour parler un peu plus de ce quartier à forte valeur historique.

La Place du Change pendant l’époque médiévale était le lieu de transaction de toutes les marchandises et monnaies. En effet, les marchands se rendaient sur la Place du Change afin de convertir leurs devises avant de reprendre la mer. Cette Place est également considérée comme le centre géographique de la ville. Du fait de son importance dans le commerce, la Place du Change est également le point de départ des routes vers Vannes et Rennes au Nord, d’Angers et de Paris à l’Est, de Guérande à l’Ouest et de Poitier au Sud.

Il faut imaginer que sur cette Place une foule massive s’y tenait constamment (lors des marchés, lors des spectacles populaires, lors d’arrivées de Grands Marchands…).

Sur cette place, plus précisément au n°2 de la rue des Carmes se trouve encore une maison à colombages, considérée aujourd’hui comme la plus belle de Nantes. Cette maison, construite au XVème siècle est la « maison du Change » ou encore « maison de l’apothicaire ». La demeure est classée, depuis le 14 janvier 1922, monument historique.

Maison de change sur la Place du Change à Nantes

Autre point d’intérêt présent Place du Change : à l’angle Ouest de la Place nous pouvons voir des bas-reliefs eux aussi datant du XVème siècle. Représentant « Enfants nantais », premiers martyres de l’ère chrétienne à Nantes.

« Au temps de la persécution de Dioclétien, il y avait à Nantes un jeune homme nommé Donatien, d’une haute naissance, mais recommandable surtout par ses vertus. Plus heureux que son frère Rogatien, il avait embrassé la foi chrétienne et travaillait à faire connaître Jésus-Christ autour de lui. Il eut le bonheur d’éclairer son frère et de lui donner le courage de professer une religion dont les disciples étaient voués à la souffrance et à la mort. Le zèle de Donatien l’avait mis en vue: il fut le premier de tous, conduit devant le gouverneur: « J’apprends, Donatien, lui dit celui-ci, que non content de refuser à Jupiter et à Apollon les honneurs qui leur sont dus, vous cherchez à répandre la religion d’un crucifié ».
– On ne vous a dit que la vérité, répond Donatien ; j’adore Celui qui seul doit être adoré. – Cessez de propager cette doctrine ; sinon, la mort vous attend.
– La mort, je ne la crains pas pour moi, mais pour vous. »
Pendant que Donatien était livré aux tortures et jeté dans un cachot, Rogatien parut à son tour : « J’ai été informé, lui dit le gouverneur, de votre résolution de professer la religion des chrétiens. Prenez bien garde d’encourir la colère de l’empereur ! » La réponse du jeune homme ne fut pas moins ferme que celle de son frère, et le juge décida que le lendemain les deux prisonniers auraient la tête tranchée, pour avoir outragé les dieux et les empereurs.
[…] Les généreux enfants sont placés sur le chevalet et tourmentés cruellement ; mais leur courage surpasse la fureur des bourreaux, et ils soutiennent sans faiblir ce douloureux supplice. On leur donne ensuite le coup de la mort en leur tranchant la tête. La ville et le diocèse de Nantes ont conservé une dévotion traditionnelle à ces deux illustres martyrs, populaires en ce pays sous le nom immortel des deux Enfants Nantais. »

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l’année, Tours, Mame, 1950.

http://mvistatic.com/of-photos/2008/08/25/POLAGN_1097189_1_px_640_.jpg
Statue « les enfants nantais »

D- Place du Bouffay

http://www.nantes-tourisme.com/activite/place-bouffay-2765.html
Place du Bouffay

Le quartier du Bouffay est un lieu essentiel dans l’histoire médiévale de Nantes. En effet, il était le cœur économique, social et financier de la ville. Les rues portaient le nom de l’activité pratiquée en son sein.

Place du Bouffay
Place du Bouffay
Rue de la poissonerie Quartier du Bouffay Nantes
Rue de la poissonerie Quartier du Bouffay Nantes

Sur la Place du Bouffay se trouve l’ancien hôtel de ville de Nantes, dans la « maison des Engins ». La Place du Bouffay était auparavant la cour du château du Bouffay (au Xème siècle). Après la construction du château des Ducs de Bretagne, le précédent n’aura plus lieu d’être et perdra entièrement son rôle d’antan devenant au fil des siècles tribunal puis prison.

Extrait de la chanson Les Prisons de Nantes témoignant de la fonction de cet ancien château reconverti en prison

« […]La fille était jeunette
Les pieds lui a délié

Le prisonnier alerte
Dans la Loire s’est jeté
{variante:
Le prisonnier alerte
Dans la Loire a sauté}

Dès qu’il fût sur les rives
Il se prit à chanter[…] »

De nos jours, plus rien ne subsiste du château finalement disparu au 19e siècle dans le cadre du plan d’embellissement de la ville par l’architecte Ceineray.

Cette Place était le cœur du Nantes médiéval, lieu central qui dispose de nombreux vestiges historiques.

En ce qui concerne la fortification médiévale, de nombreuses interrogations sont régulièrement soulevées. En effet, on ne connait pas réellement les tracés de cette fortification agrandie à plusieurs reprises au cours du Moyen-Âge. À partir du XVIIIème siècle, les fortifications vont peu à peu être détruites.

Délimitation de la fortification au Moyen-Âge
Délimitation de la fortification au Moyen-Âge

Depuis 2011,  des fouilles ont été entreprises afin de « comprendre l’évolution du tissu urbain et notamment de découvrir le moment auquel cet espace devient une place publique » (sources : http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Actualites-des-decouvertes/p-14137-Archeologie-dans-le-centre-historique-de-Nantes.htm).  Le sol creusé à plus de 60 mètres a permis de mieux comprendre la topographie du Nantes de l’époque.

Fouille archéologique 2011
Fouille archéologique 2011

Egalement victime du Plan Ceineray, il est quelque peu difficile d’imaginer le quartier du Bouffay tel qu’il était à l’époque médiévale. Dîtes-vous que là où se trouve actuellement le tramway, une muraille de plusieurs mètres de haut s’élevée pour protéger Nantes.

Excusions sur la place du Bouffay -- Révolution
Excusions sur la place du Bouffay — Révolution

Pendant la Révolution, la Place du Bouffay se transformera en principal lieu d’exécutions. En effet, Baptiste Carrier, Révolutionnaire sanguinaire marquant l’histoire de Nantes, se débarrassera sur cette place de tous les dissidents.

Imaginez cette place grouillant de nantais venant assister par exemple, en 1626, à l’exécution publique d’Henri de Talleyrand-Périgord, comte de Chalais…

Il est raconté que les pavés de la Place du Bouffay étaient si souvent ensanglantés, que pour éviter que cela ne gêne le peuple, on décida de les peindre en rouge.

Pour se débarrasser des corps et pour montrer l’exemple, on jetait les ensuite dans la Loire ; elle aussi perdant son coloris naturel au profil du pourpre.

E- Rue de la JuiverieRue la Juiverie

Comme son nom l’indique, la rue de la Juiverie était le lieu de résidence de la communauté Juive de Nantes. Au Moyen-Âge cette communauté était particulièrement aisée et concluait des affaires avec les plus grands Ducs de Nantes. Afin de disposer d’une rue fermée et bien délimitée, la communauté Juive de Nantes paie au comte de la ville un droit afin de garantir sa protection. Ils forment ainsi que petite société, disposant de droits supplémentaires, comme celui de juger à sa manière (ils appliquent leurs propres lois et punissent à leur façon).

Cependant, dès 1236, la communauté n’aura pas d’autre choix que de quitter Nantes suite à plusieurs avis d’expulsion provenant Pierre Ier et Jean Ier de Bretagne.

Maison n°7 -- Rue de la Juiverie Nantes
Maison n°7 — Rue de la Juiverie Nantes

Il est encore possible de nos jours, de voir les traces de ce passé médiéval. En effet, nous pouvons admirer, le n°7 de la rue : une maison à colombages du XVème siècle (monument historique depuis 1926 et dont la façade est classée depuis 1984). Cette maison a été rénovée en 1991, la rénovation au service de l’histoire de Nantes.…………………

F- 8 rue de l’Emery

L’hôtel de Bruc, situé 8 rue de l’Emery, est un hôtel particulier du XV-XVI (construit sous le règne d’Anne de Bretagne). Cet hôtel était la demeure particulière du Seigneur de Bruc. À l’époque, cet édifice était considéré comme une riche bâtisse. En effet, nous avons pu le voir précédemment, les constructions de pierres de Tuffau étaient au départ réservées aux riches seigneurs et commerçants de la ville.

Hôtel de BRUC -- 8 rue de l'Emery -- Nantes
Hôtel de BRUC — 8 rue de l’Emery — Nantes

Il a comme de nombreux bâtiments historiques de Nantes subi des modifications qui lui ont fait perdre sa valeur histoire (notamment les bombardements de la seconde Guerre Mondiale). C’est la raison pour laquelle l’Hôtel de Bruc fait depuis quelques années l’objet d’un vaste projet de rénovation (projet dirigé et voulu par l’Association Nantes Renaissance).

Le chantier est colossal mais il en vaut la peine : 490 000 € pour redonner à l’Hôtel de Bruc sa valeur médiévale.

Vous pouvez admirer l’ampleur de ce projet sur le site : http://www.nantesrenaissance.fr/wp-content/uploads/2010/10/fiche8emery.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s